Odonymie rennaise

Ce billet a été écrit par Édouard Hue.

Le fichier FANTOIR des voies et lieux-dits de janvier 2017 a été récemment publié sur data.gouv.fr. De valeureux camarades se sont amusés à importer le code Fantoir des rues rennaises déjà présentes dans Wikidata. Même si toutes les voies de communication ne sont pas là, et les lieux-dits non plus, on peut déjà commencer à jouer. Commençons par les compter :

À l’heure où j’écris ces lignes, on trouve un peu plus de 900 rues et une poignées de quais, places, boulevards et squares. Presque toutes les rues ont un code Fantoir, les autres voies restent à compléter. Avec un comptage grossier, Fantoir dénombre un peu moins de 2 000 voies à Rennes, il reste donc du travail pour être exhaustif.


La propriété Wikidata P138 permet d’indiquer en référence à quoi une entité est nommée. Ainsi, la rue Zénaïde Fleuriot est nommée en référence à la romancière bretonne Zénaïde Fleuriot. En référence à quoi nomme-t-on les rues rennaises ?

Cette première requête évalue les proportions relatives des natures des entités qui donnent leur nom aux voies de la ville. Premiers constats : la propriété P138 n’est pas renseignée pour un gros tiers des voies et les êtres humains forment la classe la plus importante pour les voies où elle est renseignée. Viennent ensuite les villes et les états, les lieux géographiques (montagnes et cours d’eau), les anciennes provinces et régions françaises et les bâtiments. Le goût du détail des wikidatiens ne permet pas d’avoir une vision en grandes masses : on trouve côte-à-côte des entités à la nature d’état membre de l’ONU, de l’OTAN ou du Conseil de l’Europe, d’état souverain, de pays sans accès à la mer, de nation constitutive… De même pour les villes, villes-districts, grandes villes, capitales, communes, communes déléguées, villes sous-provinciales…

Notons que parmi les noms de voies sans référence, on trouve de nombreux lieux-dits rennais, encore absents de Wikidata mais présents dans le Fantoir.


Qui sont les personnes qui donnent leur nom aux voies de la ville ? Wikidata est assez complet sur le genre et l’occupation des personnes, voyons ce que ça donne.

Aïe ! Les hommes, sans surprise, sont très majoritaires. Il serait très surprenant que le gros tiers de voies restant à renseigner change ce constat.

Et quelles sont les occupations de ces personnes ? Qui Rennes choisit-elle de mettre en avant ?

Qu’avons-nous là ? Des politiques, des artistes et des savants. Tout comme les batailles plus haut, les militaires ont le bon goût de se faire discrets : Rennes n’a pas la veine belliciste.


Pour finir, voici une dernière requête à l’usage de la commission d’odonymie : quelles pourraient être les candidates à donner leur nom aux voies de Rennes ? Faisons simple : il leur suffirait d’être nées, d’avoir vécu ou d’être décédées à Rennes — et de ne plus être de ce monde.

Alors, Rennes osera-t-elle donner le nom d’une fameuse tueuse en série à l’une de ses rues ?


Ce billet n’aurait pas existé sans le travail de la Non-cabale de l’Ouest et des contributeurs à Wikidata, Wikisource, Wikipédia et Wiki-Rennes Métropole : merci à tous ! Merci aussi à l’hôte de ces lieux pour ses nombreuses suggestions et adaptations. Merci enfin aux équipes de Wikimedia Deutschland pour leur célérité à intégrer ma pull request qui corrigeait un petit bug de rendu dans les treemaps du Query Service.

Les notices sur les rues de Rennes de Lucien Decombe et leur extension contemporaine sur le wiki de la ville ont été d’un précieux secours.